Le gothique français

Dans le cinéma français, le gothique est marginal. C’est bien parce que ces pages sont en français que nous lui en accordons une.

• En 1932, un an après le Dracula de Tod Browning, Carl Theodor Dreyer tourne Vampyr. On trouve, dans cette adaptation de récits de Sheridan Le Fanu, quelques éléments pseudo-gothiques, notamment son atmosphère menaçante et cauchemardesque due à une narration très onirique (la mort tend son poison, le « rêveur » assiste à son enterrement, etc.). C’est un sombre poème cinématographique où des personnages démoniaques évoluent dans une imposante demeure. Cette définition ira également pour certains films de Jean Rollin, qui partage en plus avec Carl Theodor Dreyer ses influences surréalistes, une distribution essentiellement composée d’amateurs, ou encore la mise en scène d’horloges inquiétantes.

   

Le cinéma de Jean Rollin (1938-2010) contient des éléments gothiques. Il s’agit principalement de l’usage claustrant que le cinéaste fait de ses lieux de tournage, souvent des châteaux ou de grandes demeures anciennes, parfois en ruine, où se déroulent des évènements mystérieux, souvent surnaturels, présentés avec l’irrationnel du rêve. Ses films de vampires ajoutent à cela des images typiques de l’âge d’or du gothique, notamment les jeunes filles déambulant en tenues légères, un chandelier à la main, de nuit, si possible dans un cimetière embrumé.
Jean Rollin flirte rituellement avec cet esprit gothique, que nous allons tenter d’identifier avec une indispensable indulgence, car, du point de vue des attentes du public, ses films sont mauvais. Rollin ne s’en cache pas. Dans son autobiographie Moteur Couper ! Mémoires d’un cinéaste singulier (2008), il déclare tourner « en dehors des normes du professionnalisme dont je n’ai que faire » (p.218). Il ajoute : « je me considère, aujourd’hui encore, comme un amateur » (p.224). Rollin dit adhérer au « tournage improvisé entre amis, dans le style du « film d’amateur » (p.338)». Il reconnaît que ses films sont « bâclés », « une fois filmé, un plan ne m’intéresse plus et je passe à la suite, alors que souvent une seconde prise serait nécessaire. (…). En un mot, je ne suis pas du tout perfectionniste » (p.359) ; « je me refuse à tout perfectionnisme » (p.66). Puis il termine, de manière encore plus explicite : « Je n’ai jamais été un professionnel, et les professionnels ne m’ont jamais acceptés » (p.367). Si Rollin assume la médiocrité de ses films, il n’en va pas de même concernant leur érotisme, soi-disant imposé dès le premier film par le producteur américain Sam Selsky (p.51).
Rollin est un cinéaste égocentrique qui n’a jamais fait l’effort d’aller vers le public. Ses films sont des projections naïves et brouillonnes de ses rêves, notamment d’enfance. Son culot et son indépendance sont sans doute ses principales qualités. Heureusement pour le cinéma français, l’imagerie gothique faisait partie des rêves de Rollin.

• Premier long métrage, premier film de vampire : Le viol du vampire réalisé en 1968. Il s’agit en réalité de deux courts métrages enchaînés, Le viol du vampire (35 min) et Les femmes vampires (55 min). Le premier emprunte au gothique, le second pas du tout. Rollin déclare que ce film est « infiniment plus palpitant » que les films de vampires de la Hammer, avec Peter Cushing et Christopher Lee (p.264). Une opinion tout de même difficile à partager…

Château Clayes-Souilly ext 1     Château Clayes-Souilly int 1     Château Clayes-Souilly ext 2

La vampire nue (1970) n’est pas un film de vampire et ses aspects gothiques sont très limités. Nous avons bien la déambulation nocturne de la jeune femme en déshabillé, un chandelier à la main, mais le château — du début XXe — est dans le style néoclassique. Le cimetière est pauvre. Paris de nuit est assez envoûtante, ainsi que la plage de Pourville qui n’est pas dépourvue des attraits du sublime et du gothique véhiculés par la nature lorsqu’elle est inquiétante et tourmentée.

Eglise américaine 2-     Cimetière 1-     Pourville 3-

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s